BIENVENUE

Ne quittez pas ce blog
sans avoir laissé trace de votre passage.

Petits messages, critiques, encouragements
ou commentaires... Tout sera bienvenu !

Mais surtout, ne restez pas anonyme.
Ainsi, je pourrai vous remercier !

Merci et bonne visite...


Louis


PS : Mes sites amis préférés sont tout en bas
et ma boîte mail attend vos messages :
louis.delville(chez)brutele.be...

dimanche 21 août 2011

Retour enchanté...


Comme chaque année à la même époque, nous revenons des "Rencontres Pédagogiques d'été". Une fois de plus elles ont tenu leurs promesses. Formations de qualité (atelier d'écriture pour Micheline et travail de la voix pour moi), ambiance, écoute, respect...

Avec, pour fêter le 40e anniversaire de l'organisation, un texte écrit à la lumière des relations entre une remarquable conférence sur différents aspects de la pédagogie, l'atelier choisi et chacun des participants.

Certains d'entre vous on pu me voir à la télé et cela m'a inspiré ce modeste conte :

CONTES ENCHANTÉS, CONTES EN CHANSON

Il était une fois un conteur. Et ce conteur n'était pas content ! Depuis plusieurs mois, il trouvait que ses auditeurs semblaient se désintéresser de ce qu'il racontait.

Et pour un conteur, se retrouver sans public, ce n'est pas la joie !

Que faire ? Que dire ? Les idées ne viennent pas et notre conteur se désespère…

Un jour, à la télé, il voit un professeur à la retraite dire que durant toute sa carrière, il a chanté et même souvent donné cours en chantant !

C'est le déclic… C'est décidé !

"À partir de maintenant, mes contes seront agrémentés de chansons !"
"Il y a bien un problème, c'est que je ne chante pas bien du tout !"

Au mois d'août suivant, notre ami conteur se retrouve aux RPé dans un atelier intitulé "De la voix parlée, chantée à la polyphonie".

Une belle rencontre d'abord avec Jo Lesco et les participants venus de tous les horizons mais aussi avec son propre corps, sa respiration et plein d'autres choses dont il n'avait même pas conscience.

En quelques heures, des chants naissent, se bousculent, s'interpénètrent pour former un long fleuve pas toujours tranquille !

Qu'importe s'il ne chante pas parfaitement, les autres l'aident et il lui semble qu'il les aide aussi. Un atelier d'entraide où chacun amène une petite pierre pour construire quelque chose de plus solide.

Ne croyez pas que cette histoire est terminée. Non, le conteur n'a peut-être pas retrouvé son public. Non, il ne chante peut-être pas plus qu'avant mais il sait que, un peu partout, les mêmes airs viennent titiller des oreilles amies et bienveillantes.

Cette notion de travailler ensemble avec un projet commun ne restera pas vaine. Cette volonté de construire autre chose, de changer pour le bien de toutes et de tous, petits et grands. Cette relation avec des personnes inconnues quelques jours avant et avec qui on crée quelque chose de beau ne restera pas sans réponses ni sans souvenirs.

Et puis, il y a appris de petits trucs qui peuvent servir dans la vie d'un conteur : parler beaucoup sans perdre sa voix, faire vibrer ses résonateurs naturels…

Mais cela, comme disait Kipling, c'est une autre histoire…

1 commentaire:

JEAN-LUC SCHIETECATTE a dit…

Une histoire simple mais sensible, vécue et pleine d'espoir dans la joie d'un travail collectif. Les poètes sont les voix de ceux qui n'ont pas de voix.Ce sont des voix qui restent en dernier, tout comme c'est la voix souvent qui, comme un parfum, précède et annonce l'entrée physique de quelqu'un dans votre vie. Telle est l'action du conteur dont le travail de la voix est essentiel! Bravo et Merci Louis!